Sortir du moule ! Un appel pour les enfants en souffrances scolaires dans la région de Dijon

Pour trop d’enfants et d’adolescents, aller chaque jour à l’école, au collège, n’est plus depuis longtemps un plaisir : c’est devenu une épreuve. Leur mal-être s’exprime de différentes façons, à travers des attitudes d’opposition, de l’anxiété, ou encore silencieusement dans la tristesse, la démotivation. Certains finissent par être déscolarisés.

Face à cette situation, nous savons que les enseignants et autres personnels font ce qu’ils peuvent, en fonction des contraintes institutionnelles dans l’exercice de leur métier et des ressources dont ils disposent. Une partie d’entre eux vit d’ailleurs une souffrance professionnelle chronique.

Bien des parents sont engagés dans un « parcours du combattant » pour trouver des solutions pour leur enfant. Les conséquences présentes et futures de la souffrance scolaire peuvent être une grande source de stress, et avoir des conséquences importantes sur la vie familiale, sur la vie professionnelle des parents.

Quand ces enfants peuvent recevoir l’aide de professionnels de santé (psychologue, orthophoniste, etc.), le but est en général d’identifier et de traiter des troubles personnels qui font obstacle à leur intégration dans le système scolaire, et, si nécessaire, de solliciter la présence d’une assistante en classe (AESH, ex-AVS). Parfois, la demande de reconnaissance d’un handicap apparaît aux parents comme la seule issue.

Saviez-vous qu’il est pourtant écrit dans la loi : « Le service public de l’éducation est conçu et organisé en fonction des élèves et des étudiants. » ? (article L 111-1 du Code de l’Éducation)

Il est donc légitime de renverser le diagnostic : la cause de la souffrance n’est pas à chercher en priorité chez ces enfants, mais dans le fonctionnement d’un système qui ne parvient pas à s’adapter à ce qu’ils sont !

Pouvez-vous reconnaître que :

  • Tous les enfants sont différents, et chacun-e mérite de développer son potentiel, dans le respect de son rythme et de ses besoins ?
  • À vouloir tous les faire entrer dans une norme unique d’éducation et d’enseignement, une partie d’entre eux est nécessairement perdante ?

Nous ne pouvons pas dire aux enfants de souffrir en silence en attendant que le service public de l’éducation soit structurellement transformé, de façon à pouvoir répondre réellement à ses finalités affichées.

Permettons-leur de sortir du moule !

Nous appelons les parents de la région de Dijon ainsi que toute personne concernée par les souffrances scolaires à rejoindre et à faire vivre un réseau de solidarité.

Ensemble, nous pourrons :

  • donner une visibilité publique à ce problème de société pour susciter une prise de conscience dans la population,
  • favoriser l’émergence de projets collectifs répondant aux besoins que nous percevons chez nos enfants,
  • interpeller les collectivités territoriales, les institutions du social et de la santé, pour obtenir le soutien nécessaire à la mise en œuvre de ces projets.

Et concrètement, nous vous proposons dès maintenant de :

A bientôt !


A propos de cet appel

A l’initiative de cet appel, il y a les parents de Lucas, un jeune de 12 ans scolarisé cette année à La Croisée des Chemins, qui souhaitent se mobiliser pour qu’une alternative à l’école et au collège conventionnels perdure à Dijon à la rentrée 2020.

En effet, pour des raisons financières, l’association qui porte l’école de La Croisée des Chemins doit quitter ses locaux actuels à l’été 2020 et pourrait de ce fait interrompre son activité. La poursuivre suppose une refondation dans un nouveau lieu, avec de nouvelles énergies. Avec Thomas Marshall, directeur de l’école, ils ont réfléchi à une manière d’ouvrir de nouveaux possibles pour répondre à leur préoccupation personnelle, en tant que parents. Depuis 2014, nous avons rencontré notamment lors de nos portes ouvertes de nombreuses personnes confrontées à une situation analogue. Le pari est donc de se relier avec le plus possible de personnes concernées au niveau local pour constituer une force collective, à la hauteur du besoin des familles.

Cette initiative a vocation à se développer de façon autonome par rapport La Croisée des Chemins – et la poursuite ou non d’une école démocratique à Dijon dépendra de la volonté des participants à soutenir cette option éducative, dans une version éventuellement modifiée par rapport au projet actuel. Dans tous les cas, nous sommes persuadés qu’il ne peut y avoir qu’une pluralité de solutions correspondant à la diversité des jeunes et des sensibilités éducatives de leurs parents.